mass effect lost stories
mass effect lost stories
mass effect lost stories
Topsites

Mass Effect : Lost Stories RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Jeu 6 Fév - 23:13

Sura S'iegh
Informations générales :



Nom : S'iegh Sorek
Prénom : Sura
Date de naissance : Août 1806
Lieu de naissance : Citadelle
Âge : 386 ans
Sexe : Mono-genre

Faction : Neutre
Affiliation : Ex-Commando Asari
Fonction : Vigilante
Alignement : Loyal/Parangon

Histoire


2186 CE - Citadelle

- Ici Maria McKinney pour Citadel News Network ! C'est une nouvelle pour personne, la galaxie est sous le choc : les Moissoneurs, créatures d'aciers vieilles de plusieurs siècles envahissent nos mondes. Les nouvelles sont très mauvaises : Kar'Shan est tombé tandis que la Terre est injoignable. Lentement la résistance s'organise, mais un long combat semble s'être engagé. Qu'en est-il des autres espèces de la galaxie ? Comment vont réagir les Galariens, les Turiens et les Asaris ? Dans cette confusion totale, qui nous reste-il comme alliés ?  Habitants de la Citadelle, n'abandonnez pas tout espoir, des gens sont capables de vous défendre et vous aider. C'est le cas de Sura S'iegh, Commando au sein de l'armée Asari qui s'est illustrée a plusieurs reprises durant son service...

- Ça dérange si j'm'en allume une le temps de l'interview ?

- Pas du tout... Sura S'iegh, nommé Commando à la tête de l'escouade des BlueFist après plus de deux siècles d'entrainement. Avant d'en arriver là, si nous commencions par le début ? Pouvez-vous vous présenter ?

1806 CE - Citadelle, puis la Galaxie

- Mère Asari, père Butarien. Je suis née en 1806 CE sur la Citadelle. C'était pas ce qu'aurait voulu ma mère mais y'avait pas le choix. C'était ça ou à bord d'un vaisseau de transport tout dégueulasse. Au moins les hôpitaux de la Citadelle sont bien équipés. J'ai eu la chance de naître à une période ou c'était pas trop le bordel dans la galaxie. Que ce soit avant avec les Rachni et les Krogans ou après avec les Geths et les Moissoneurs. Quoique je dis ça, je parle des Geths,  mais peu de temps après ma naissance, Les Geths se sont révoltés contre leur créateurs et les ont chassés de leur planète... Ils se sont bien plantés sur ce coup-là les Quariens, leur ambassade sur la Citadelle a fermée. Je suis pas resté longtemps sur la Citadelle, une trentaine d'années tout au plus... Pour vous ça doit faire beaucoup, pour moi c'est qu'une partie de mon enfance. J'ai enfin pu aller vivre sur Thessia peu de temps après mon 31 ème anniversaire. Je sentais que j'avais plus ma place ici parmi mes consoeurs même si la Citadelle est remplie d'Asari.

Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise pour la suite... J'ai passé une enfance normale parmis les miens disais-je, j'étais une petite Asari normale, curieuse de la vie et de cette immense galaxie. Je m'intéressais à tout, je lisais beaucoup aussi. Des bouquins de poèmes Elcor, des revues scientifiques Galariens, des romans de guerre Turiens... Tout ce qui me tombait sous la main en fait. C'était les romans de guerre qui m'intéressaient le plus... Les héros de ces aventures étaient pour certains inspirés de faits réels, j'étais passionnée par leurs histoires, leurs actions, leurs courages... Comme vous le voyez, déjà très tôt je développais un intérêt particulier pour l'art de la guerre, mais ce n'était pas encore cependant mon but dans la vie. J'ai mis ce projet entre parenthèses vers le début de ma vie de Demoiselle. À cet âge là, mes consoeurs trouvent des boulots dans des bars, pas toutes hein, la plupart. Moi, on me disait casse-cou et ambitieuse et c'était pas faux d'ailleurs. Alors j'ai décidé d'être pilote de course.

Pourquoi ? Comme ça. Ça s'est décidé sur un coup de tête, j'avais envie de sensations fortes et de gloire. Les courses de voitures m'apportaient tout ça à la fois et en plus je mettais un peu d'argent de côté à chaque victoires, que demander de plus ? J'ai essayé les courses pro, mais il manquait quelque chose, je n'étais pas satisfaite. J'étais bien plus heureuse dans les courses de rues ! Dans les courses pro, y'a pas de mec qui vient en face dans l'autre file et ça c'est carrément pas marrant... Dans les courses de rues, t'as des montés d'adrénaline quand t'évites le type qui vient en face. J'ai fait ça pendant longtemps, peut-être une quinzaine d'années... Ce qui m'a arrêté, c'est quand je me suis plantée contre un mur et que je me suis cassé les deux jambes. J'ai compris que c'était pas sérieux et que je ne construirais pas ma vie là-dessus.

Ce n'est pas pour autant que j'aie tout de suite trouvé ma voie. J'ai commencé à fréquenter des bars et autre nightclub, pas pour y danser à moitié à poil nan, mais pour jouer. Jeux de cartes, Quasar, paries en tout genre. Je perdais plus que ce que je gagnais, mais je retrouvais des sensations fortes comme quand je conduisais. Je vivais chez des potes, je bougeais un peu partout dans la galaxie, je restais jamais avec les mêmes personne, je dormais pas toujours dans un lit et pas toujours toute seule...  Mais c'était marrant. C'est à ce moment-là que j'ai rencontré Irius, soldat Turien en perm' sur Oméga. Je venais de fêter mes 104 ans. Déesse... Que le temps passe vite. Je dois avouer que j'ai pas été souvent amoureuse dans ma vie... Mais là ce fut le coup de foudre. Je retrouvais en Irius les héros Turiens qui peuplaient mes romans et mes rêves. C'était un gars très bon, très doux, très patriote aussi. Il servait avec fierté le peuple Turien. Sa perm' terminée, il dut retourner parmi les siens. Je ne l'ai plus jamais revu... Mort pendant une mission... Comment ? Je ne sais pas, on ne me l'a jamais dit, les Turiens ont déjà été bien sympa de venir me voir et m'annoncer le sort de celui qui fut mon compagnon l'espace de quelques mois...

En apprenant sa mort, j'étais dévastée, mais ce n'était pas le moment de baisser les bras, moi qui n'avais jamais rien fait de ma vie, hors de question de tomber plus bas et m'enfoncer plus encore. D'autant plus qu'Irius m'avait donné un but, une motivation : pourquoi ne serais-je pas moi-même une héroïne de guerre ? Pourquoi n'aurais-je pas droit à mon roman moi aussi ? Mes amies, ceux qui me restaient tout du moins, m'encouragèrent à m'engager dans l'armée, estimant que mes compétences biotiques étaient tout à fait acceptables au sein des militaires Asari. Alors j'ai pas hésité une seule seconde et j'ai signé...

- Vous semblez avoir  trouvé votre voie à ce moment-là. Racontez nous comment s'est passé votre entrée dans l'infanterie Asari.

1910 CE - 104 ans, Thessia

- C'est bien simple, quand je suis rentré j'ai cru qu'on allait me jeter et que je passerais même pas les tests. C'est pas au niveau de la biotique que ça clochait mais au niveau du physique. J'aurais peut-être du passer moins de temps à lire et plus de temps à me bouger le... Comprenez que je ne puisse pas pour détailler entièrement comment se passe l'entrainement militaire Asari, il a peut-être même changé maintenant avec les années...  C'est classé secret défense, quoique en cherchant bien sur l'Extranet vous devez avoir des vidéos... Avec le filtre de recherche bien sûr, sinon on tombe sur n'importe quoi comme vidéos avec des Asaris dedans... Bref, il y a des examens psychologiques où on nous pose des questions, des examens physiques où on voit si on est une loque ou pas et des examens biotiques.

Les candidates sont nombreuses, y'en a bien un quart qui se font jeter avant même de commencer. Je me plains pas, chez les Turiens ça doit être 90% des recrues qui doivent se faire refuser la porte d'entrée, tellement ils sont stricts. Enfin je suppose que c'est comme ça, ou presque comme ça. Le premier questionnaire qui définit un profil psychologique est assez basique, elles essayent surtout de savoir si vous êtes quelqu'un de stable. Je sais pas si je suis vraiment stable, en tout cas je leur ai dit toute la vérité, mon histoire, mon passé, peut-être que c'est mon honnêteté ou alors mes convictions qui les ont convaincus je ne sais pas. Les exercices biotiques furent les plus intéressants, j'avais l'impression que mes pouvoirs servaient enfin à quelque chose.

Les Asaris sont des biotiques naturelles, mais comme tout le monde, il faut bosser pour apprendre à la maitriser... Et aussi un ampli biotique éventuellement. J'en avais jamais eu un, alors ils m'ont foutu ça dans le crâne et c'était de suite plus rigolo. Avant, je pouvais faire bouger des petites cuillières, maintenant je déplace des voitures... Un peu... J'avais beaucoup de mal à tenir ma barrière biotique au début, dès que j'étais concentré à faire autre chose, paf, pu de barrière. Ça a mis du temps à venir, mais grâce à la Déesse, j'y suis parvenu. Le plus marrant étant la découverte de la charge biotique. La montée d'adrénaline à chaque charge, vous savez maintenant que j'adore ça. Elles ont dit que ça correspondait bien à mon style et que je pouvais sans doute appliquer au programme porte-étendard, ce que j'ai fait quelques temps après.

Là où j'ai eu des soucis, disais-je, c'était lors de l'examen physique. J'avais une bonne carrure, solide. Mais c'était une carrure pas entretenue. Très mauvaise en cardio, je m'essoufflais vite. C'est toujours un problème d'actualité, sauf que c'est lié à ma consommation de cigares Butariens... Comme je suis une battante, il était hors de question que je me fasse virer à cause de ça. Alors j'ai insisté, je leur ai montré de quoi j'étais capable, ce qu'il me manquait avec de l'endurance, je le comblai avec de la détermination... Et ça a suffit à les convaincre.

C'est à ce moment-là aussi que j'ai voulu être Commando Asari. C'était ça ou rien d'autre, non pas que le corps armée des Chasseresses était moins glorieux, mais je m'étais fixé un objectif concret. L'entraînement des Commandos est long, il faut de nombreuses années voire des siècles pour pouvoir prétendre au titre. Revenons-en à nos moutons : de toute façon, que ça soit Commando, Chasseresse ou Troufion, l'entraînement de départ est le même pour tout le monde : exercices de tirs, exercices de manipulations biotiques et autres joyeusetés. J'avais aussi choisi de m'entraîner au maniement de l'épée, trois ou quatre fois par semaines. Certaines semaines, on avait des journées entières consacrées à la méditation, c'était pour améliorer notre concentration biotique disait-on. C'était surtout très chiant, mais fallait faire avec. Les repas étaient dégueux aussi, mais c'est qu'un détail ça...

C'était le début d'une longue formation... Il a fallu que j'attende 90 ans pour poser ma candidature pour devenir Commando. Là encore, nouvelle série d'examens et de tests. Quand on est accepté, 5 ou 6 postulantes sont regroupées et on nous apprends qu'on va passer la moitié de notre vie avec ces personnes, autant dire que si le courant passe pas, on est dans la merde. Enfin, on est placé sous la tutelle d'une formatrice Matriarche qui est censée nous accompagner dans toutes nos missions, nous conseiller, nous apprendre, nous engueuler quand on se plante aussi. La mienne était la matriarche Kylia T'Nozis, une femme juste et noble, pas tant sévère que ça...

- Vous avez donc rejoint le programme d'entrainement commando avec succès. À quoi ressemblait les missions de formations ? Quel était votre première mission d'ailleurs ?

2000 CE - 194 ans, Nevos

- Ma toute première affectation... Par la Déesse, ça commence à dater un peu. Comme je le disais précédemment, à l'époque j'étais très ambitieuse... Plus que maintenant je veux dire. Je voulais être utile et me battre pour une cause juste, je voulais être fière de me battre pour mon peuple.  Je me voyais déjà, déployée avec mes équipières sur le champ de bataille, sous le feu ennemi à courir sous les balles... Alors imaginez mon étonnement quand j'ai appris qu'on avait pour objectif de déloger des Pyjaks qui foutaient le bordel dans la maintenance dans une base de recherche.

Ils étaient en train de grignoter des câbles et ça rendait nerveux nos scientifiques. Alors ouais, comme vous je me suis demandé : "pourquoi on envois des commandos Asaris pour faire le sale boulot ?" Certes il s'agit de la première mission d'une longue formation mais faut avouer que c'est pas forcément très glorieux. Cependant, j'avais flairé une embrouille au moment ou j'avais pénétré dans la base : nos chercheurs étaient en train de bidouiller les Pyjaks, aucune idée de ce qui leur faisaient, j'ai appris plus tard que les Asaris essayaient de rattraper leur retard sur les Galariens concernant la connaissance de la flaure et la faune, oui moi aussi je trouve ça chiant rien que d'en parler.

Tout ça pour dire que les Pyjaks étaient complètement zarbis, du genre agressif. Vous imaginez un Pyjak agressif ? L'expérience avait foiré, les Pyjaks en liberté avaient mordus plusieurs fois les scientifiques. Ouais moi aussi je savais même pas que ça avait des dents... Il a donc fallu tous les dégommer puis sauver et soigner les chercheurs. Autant vous le dire tout de suite, c'était du tir au pigeon... Sur les Pyjaks, pas sur les chercheurs. Heureusement que j'avais décidé de porter une épée sur moi, sinon gros gâchis de munitions... Alors, certes, ce n'était peut-être pas la mission la plus intense que j'ai accomplie, mais c'était ma première mission et elle m'aura appris l'importance du travail en équipe...

- Votre équipe, ce sont donc des personnes qui ont postulées en même temps que vous et qui sont également sous la formation de T'Nozis c'est cela ?

- Ouais une vraie famille. L'escouade avait pour nom de code "BlueFist" et était composée de moi-même en spécialiste du corps-à-corps, Kerina T'arka, spécialiste en démolition ; Mirana Aktis, spécialiste du piratage ; Juno T'riya, la plus jeune du groupe et notre adepte télékinésiste et puis Zoraya Orthalos et Yren T'uara qui ne font plus parti de l'escouade... La première était bien trop fragile et n'a pas supporté la formation, elle regrettait sa vie de Demoiselle... Elle a complètement pété les plombs et s'est barré comme ça du jour au lendemain. La deuxième a succombé lors d'un exercice de combat contre des drones. Après s'être fait démonter par la matriarche T'Nozis pour une faute grave, elle voulait se racheter et prouver de quoi elle était capable. Elle avait réglé les drones en mode Berzerk et avait décidé de les affronter seule...

Alors,  l'escouade a été mise en pause le temps de trouver des remplaçantes. Pas évident de trouver des Asaris correspondant aux critères qui pourraient combler les postes vacants au sein de l'escouade...

- Mais vous ne pouviez pas rester inactive cependant, autrement vos formateurs l'auraient vu d'un mauvais œil ?

2068 CE - 262 ans, Ilium

- Oui, il y avait cette fois où j'ai bossé au club Azure sur Ilium... Euh je... En tant qu'agent de sécurité pas en tant que... Donc ne me regardez pas comme ça. Pour sûr, ça changeait des missions habituelles. L'escouade était en pleine restructuration et comme on avait besoin de bras à Azure, j'ai accepté. C'était ça ou ne rien faire du tout. Je n'ai pas de famille, mes soeurs sont des soldats tout comme moi, ma place et avec elles. Et puis étant toujours en période de formation, ça faisait toujours de l'expérience en plus.

D'autant plus que c'est une sacré histoire qui s'est passé là-bas. J'étais tranquillement stationné au dernier étage du club, la semaine s'était bien déroulée jusqu'à présent lorsque j'entends dans l'oreillette qu'un client, tombé amoureux d'une des ... employées, ne supportait pas l'idée qu'elle puisse passer du temps avec d'autres partenaires. C'est beau l'amour hein ? Ouais mais non, ce taré voulait kidnapper sa dulcinée. L'emmener loin d'ici, la garder pour lui tout seul. Sauf que c'est pas vraiment le genre de service que propose Azure. Il avait tout prévu l'enfoiré : des mercenaires et un hélico...

Alors évidemment, moi je réagis au quart de tour et me dirige vers le toit. Je voulais tenter une approche pacifique mais v'là que les mecs qu'il avait engagé commencent à me dézinguer. Les gars étaient bien équipés en plus, des armes modernes. Bref, je décide de bien faire mon travail et riposte à mon tour. Un 'tit coup de pistolet dans le genou, paf, fini la vie d'aventurier...  de mercenaire ? Ouais c'est pareil... La y'en a un derrière moi qui s'approche et slash j'lui tranche la tête. Ça se passe plutôt bien, j'arrive même à tenir ma barrière biotique, les renforts arrivent et on nettoie la zone. Au moment où on croit que c'est fini, on apprend que le client fou à l'intention de tout faire péter. La diversion avait fonctionné, le combat sur le toit était un piège.

La bombe est à l'étage d'en dessous... Pas de conception militaire, un truc clairement fait maison, y'avait même pas de compteur dessus... Là encore j'essaye d'être diplomate : j'ouvre une conversation par omni-tool avec le gars et lui demande pourquoi il veut tout faire péter. Il me répond qu'au moins, il sera sûr que sa belle ne couchera pas avec quelqu'un d'autre. Un taré je vous dis. Les forces de l'ordre sont en route, mais le temps qu'ils arrivent, on sait pas ce qu'aura décidé le client, alors je décide de me bouger le cul et tente une approche un peu plus direct.

Toujours sur le toit, je m'agrippe à la corniche et essaye de descendre jusqu'à l'étage d'en dessous. Après avoir failli me casser la gueule, j'arrive devant la baie vitrée de l'étage d'en dessous et aperçoit le type à travers. Vous voyez la cicatrice sur ma tronche ? Ben c'est le verre qu'a fait ça, quand j'ai fait une charge biotique à travers la vitre et que j'ai atterri sur le type, le neutralisant en lui cassant quelques os... Je sais plus combien, mais ça faisait un bordel monstre quand il a atterri sur le sol ! Nan ouais c'était un souvenir sympa. Mais c'était pas tous les jours comme ça malheureusement, y'a des fois ou il se passait rien. Je remercie la Déesse pour avoir fait accélérer les choses puisque peu de temps après, le Commando BlueFist était de nouveau actif. Les deux nouvelles recrues s'appelaient Ashili Daenus, notre sentinelle et Zuya Zus'rko as du tir de précision.

- Bien, abordons si vous le voulez bien le sujet de votre Frère...

- Non s'il vous plait non...

- ...qui n'était autre que Klad Sorek, Butarien à la tête du réseau eslcavagiste "Kar'Shan's Claws" auteur de kidnapping en grand nombre, notamment d'Asari...

2091 CE - 285 ans, Nébuleuse d'Athena  

- Déjà j'aimerais rectifier une chose, il s'agit de mon demi-frère seulement évidemment. Mon père a quitté ma mère pour se mettre en couple avec une Butarienne et Klad est né de cette union. C'était un pauvre type contrairement à mon père qui n'est malheureusement pas resté longtemps à mes côtés. Klad Sorek et les autres de son genre étaient un peu en avance sur leur temps...

À cette époque, les butariens avaient encore une ambassade sur la citadelle et l'esclavagisme n'était pas aussi fréquent que maintenant. Comme il s'était intéressé à son passé, il savait qui j'étais et que nous avions un lien de famille et avait donc réussi à me contacter et me faire passer des messages pour le moins originaux... Pour que vous compreniez bien : il voulait que je sois son esclave personnel, son jouet, sa chose... Ce barge était un déchet vivant et fantasmait sur l'inceste. Sans s'en rendre compte, cet abruti venait de trahir sa prochaine destination : puisqu'il me voulait moi, il fallait qu'il pénètre dans la nébuleuse d'Athéna puisque c'est là que j'étais stationné.

C'était l'occasion de le chopper et de mettre fin à cette série d'enlèvements. J'en ai informé mes supérieurs qui m'ont menacé de cours martial s'il s'agissait simplement d'un règlement de compte avec mon demi-fère. Je leur ai juré que cela concernait toute la population Asari et que les "Kar'Shan's Claws" n'étaient pas à sous-estimer. Des vaisseaux ont été placés en orbite autour de nos colonies, j'étais moi-même à bord d'une frégate en compagnie de mon escouade et notre instructrice. Mais au bout de plusieurs mois, le butarien ne s'était toujours pas manifesté...

Au moment où je croyais que j'allais être renvoyée de l'armée, notre frégate intercepta un vaisseau Butarien non identifié. Il lui fallut quelques secondes pour nous détecter et il changea sa trajectoire immédiatement : il n'y avait aucun doute à avoir, c'était bien lui. Les autres vaisseaux Asari dans le système voulait attendre confirmation, mais il n'y avait pas de temps à perdre, c'était maintenant ou jamais. La matriarche Kylia T'Nozis me faisait confiance, mais l'on ne pouvait engager un croiseur de cette taille avec cette petite frégate.

Vous commencez à comprendre un peu comment je fonctionne, j'ai pris une décision sans réfléchir : je suis descendu dans la soute pour prendre une navette à aborder le croiseur butarien avant qu'il ne soit hors de portée. J'ai regardé mes collègues et la matriarche dans les yeux, elles ont compris qu'elle ne pourrait pas m'empêcher de décoller et qu'elles devaient a leur tour prendre une décision : m'accompagner ou pas. Pendant quelques secondes j'ai eu très peur d'entendre ma formatrice m'ordonner de rester sur place, j'aurais pas pu lui désobéir. Mais depuis toutes ces années où nous vivons et combattons ensemble, elles n'auraient pas pu me trahir comme ça... Alors, elles embarquèrent avec moi dans la navette.

Mes années d'expériences en tant que pilote de course portèrent ses fruits à ce moment-là : les canons du croiseur étaient trop lents et n'arrivaient pas à suivre mes manœuvres. Je fis atterrir, enfin, écraser la navette dans leur hangar et là... Ce fut un des combats le plus difficile de toute ma vie. Je pense très sincèrement que si la matriarche n'était pas venu avec nous, nous ne serions pas venu à bout des hordes de butariens qui s'abattaient sur nous. La première étape était d'immobiliser le vaisseau et pour cela, Kerina notre spécialiste en démolition fit exploser la salle des machines neutralisant les systèmes de propulsion.

Juno couvrait notre avancée avec une bulle biotique de protection tandis que la matriarche... Je ne l'avais jamais vu se battre comme ça... C'était à la fois d'une élégance rare et d'une efficacité redoutable. Chaque balles qu'elle tirait venait se loger dans le crâne des esclavagistes, chacune de ses déchirures faisaient mouches et réduisaient en miettes l'armure des Butariens. C'était très impressionnant à voir. Le vaisseau étant immobilisé, il ne restait plus qu'à éliminer tous les Butariens que l'on croisait et espérer tomber sur le responsable de cette organisation de malades. Mirana et Kylia sabotèrent les navettes présentes dans le hangar afin d'éviter que celui que nous recherchions ne s'enfuit, puis nous nous dirigeâmes vers le pont. C'est au détour d'un couloir menant au hangar que l'on tomba sur Klad Sorek.

Quand il m'aperçut, je lui cria : "c'est moi que tu veux, ben vient me chercher !" Sauf que c'est moi qui suis allé le chercher avec une charge biotique. Mes collègues n'intervinrent pas et j'en leur en fut reconnaissante. Klad essaya de m'amadouer en me disant qu'il serait préférable de le garder vivant pour une interrogation. Mirana me glissa à l'oreille que l'on n'avait pas besoin d'interrogation, toutes les informations dont aurait besoin pour traquer les autres cellules des "Kar'Shan's Claws" se trouvait dans son omni-tool. Klad n'avait plus besoin de vivre, il ne méritait même pas de vivre de toute façon. C'est donc sans hésitation que j'ai plongé ma lame monomolécuraire dans son torse... Également à bord du vaisseau, on libéra plusieurs  Asari qui avaient été portées disparu il y'a quelques heures sur Sanves. On avait donc notre preuve et les renforts sont venues nous sortir de là. De retour à la maison, on m'autorisa une perm de plusieurs mois...

Pendant ma pause, je n'avais qu'une envie... C'était de retourner au combat... Par la déesse que l'attente fut longue...

- L'attente fut longue, mais vous avez eu du temps pour vous reposer après de telles aventures. Vous êtes donc contre toute forme d'esclavagisme et de soumissions invonlontaires, cela s'est ressenti sur votre affectation majeure suivante. Que s'est-il passé sur Ilium ?

2105 - 299 ans, Ilium

- Vous connaissez la sororité Eclipse située sur Ilium ?  Bien avant ça, il existait déjà un gang mercenaire qui fonctionnait à peu près de la même manière, impossible de dire si ce groupe était vraiment l'ancêtre de celui que nous connaissons aujourd'hui. Les similitudes sont nombreuses cependant : les recrues, toutes Asari, doivent commettre un meurtre pour être intégrée dans le gang. Elles s'appelaient les "Soeurs Noires". La planète était déjà un géant carrefour commercial comme aujourd'hui,  si elle tombait aux mains des gangs, un début d'anarchie aurait été catastrophique. Ce qui a alerté notre QG, c'était le fait que le groupe mercenaire recrutait chez nous : ils nous prenaient nos jeunes recrues et leur faisait croire à un plus grand avenir chez eux que dans l'armée.

De jeunes esprits facilement manipulés abandonnaient leur entraînement pour voir s'offrir une vie de luxe et de plaisir qui s'apparentait à la vie des Demoiselles, période tant regrettée par certaines de nos recrues. Ilium a son propre gouvernement, mais les forces de l'ordre étaient débordés en nombre par les mercenaires, l'armée fut donc envoyée en renfort afin de stopper ces recrutements de masse...
C'était un sacré merdier quand j'y repense. Que je vous explique : certains particuliers d'Ilium, agacés par les vols et les meurtres des Soeurs Noires avaient engagé des tas de chasseurs de primes pour les dézinguer... On avait donc les Soeurs Noires et les chasseurs de primes qui s'entre-tuaient joyeusement et nous qui arrivions à ce moment-là. Les chasseurs de primes qui voulaient absolument leur fric n'hésitaient pas non plus à nous canarder... Sacré merdier je vous dis.

Moi et mes consoeurs étions déployées dans une ruelle située à quelques mètres de ce qui était censé être le QG des Soeurs Noires. Oui, car on avait même pas l'emplacement exact. On progresse lentement en sachant pertinemment qu'on allait tomber sur une embrouille. Juno était prête à nous couvrir le temps de riposter. On suivait l'avancée des autres groupes via omni-tool, un commando nous annonce qu'ils sont tombés sur un carrefour avec des cadavres des Soeurs Noires et des chasseurs de primes, les deux camps n'avaient pas laissés de survivants. Tant mieux quelque part, ça nous facilitait la tâche. Comme prévu, cette ruelle était l'endroit idéal pour une embuscade : un tireur d'élite, un chasseur de primes, nous pris pour cible.

La matriarche T'Nozis tenta de le déloger avec ses pouvoirs biotiques, une bonne télékinésie bien placée, mais le bougre était trop bien caché. Alors, je l'ai chargé... En ayant aucune visibilité... J'étais à deux doigts de me manger le mur, mais grâce à la Déesse, c'est bien le sniper que j'ai eu. Vous savez, quand vous entamez le programme porte-étendard, un des premiers trucs qu'on vous dit, c'est de ne jamais faire une charge biotique lorsque vous n'avez pas entièrement votre objectif en vue... Ben j'aurais dû écouter, car le sniper n'était pas seul, derrière lui, d'autres types se firent une joie de m'accueillir avec des filets de soumissions.

La Déesse était avec moi ce jour- là, puisque je fus secouru presque immédiatement... par une initié Soeur Noire. Celle-ci m'avait pris pour une recrue des Soeurs Noires. "T'as encore l'uniforme de l'armée" me disait-elle. Dès lors, j'ai décidé de jouer le jeu et de m'improviser agent double, car je voyais là l'opportunité d'avoir les coordonnées du QG. J'ai immédiatement coupé mon omni-tool pour éviter que mes collègues essayent de me joindre et trahissent involontairement mon identité et j'ai suivi l'asari. Durant le trajet, elle n'a pas pu s'empêcher de me raconter son histoire : comme beaucoup d'autres qui s'étaient faites embobinées, elle désirait la gloire, le pouvoir et la liberté. Le premier je peux comprendre, les deux autres, c'est juste de l'arrogance. La fameux QG des Soeurs Noires était un vieux bâtiment qui servait au traitement des déchets.

Discrètement, j'ai envoyé les coordonnées à tous les commandos présents sur Ilium... Les Soeurs ne s'attendaient certainement pas à une telle surprise. Quelques instants plus tard, le bâtiment était attaqué de toute part par l'armée. Les mercenaires décidèrent de s'enfermer en bloquant l'entrée principale, une espèce de grosse porte blindée qui servait de passage aux camions poubelles. C'était sans compter l'agent double, qui neutralisa le personnel au niveau de la porte et la réactiva aussitôt, permettant aux commandos d'investir les lieux. Toutes les mercenaires furent arrêtées et jugées... Certaines, conscientes de leurs erreurs furent de nouveau accepté dans l'armée, à condition de reprendre l'entraînement du début... Et c'est comme ça qu'on a mis fin aux recrutements des Soeurs Noires. Mais quand je vois les Soeurs d'Eclipse maintenant, j'ai l'impression que tout ça n'a servit à rien... On a peut-être juste ralenti les choses...

- Il y a 20 ans quasiment jour pour jour, vous avez été promu Commando. Vous m'avez avoué que, ce jour qui était censé être le plus beau de votre carrière est également un des pires. Racontez-nous comment s'est déroulé la défense de Lusia et quel a été votre rôle, déterminant dans cette bataille...

2166 - 360 ans, Lusia

- Un des plus gros problèmes de cette galaxie, c'est les Humains, désolée de vous le dire en face, mais c'est la vérité. J'avoue être nostalgique de la période où vous n'étiez pas là... Les humains sont arrogants et prétentieux et on ne peut pas leur faire confiance. On atteint des sommets avec Cerberus, organisation malveillante créée juste après votre guerre du premier contact. La moitié des informations sur la mission que je vais vous détailler sont classées confidentielles et on a même pas fini d'analyser et de classer l'autre moitié. Même si la encore, vous trouverez des détails sur l'extranet dans des sites paumés...

Tout ce que je peux vous dire, c'est que la destruction récente d'une base de Cerberus sur Pragia est lié à des évènements qui nous ont touchés, nous les Asaris. La perversité humaine n'a pas de limite et je vais vous expliquer pourquoi... La "pt'ite" Juno est originaire de Lusia, une de nos colonies. Un endroit tranquille qui a eu son lot d'histoire cependant avec la Rébellion Krogan... Enfin bref je vais pas vous faire la leçon. Par chance, mon commando était stationné sur Lusia où nous enseignions aux jeunes recrues. Oui même en étant pas officiellement Commando, au bout de quelques années on peut quand même entrainer les jeunes, entrainer ça fait partie de notre entrainement... Vous suivez ou faut que je repète ?

On apprend que des vaisseaux humains entrent dans l'atmosphère de la planète, on nous dit cependant qu'il ne s'agit pas du marquage bleu représentatif de l'Alliance. Ils n'ont aucune autorisation d'atterrir, mais ne se gênent pas pour le faire pour autant. Si vous connaissez un peu Lusia, vous devez savoir qu'elle est recouverte de nombreuses jungles, du coup ils ont réussi à atterrir et se cacher là-dedans, la faune épaisse empêchant nos scans de les localiser. La matriarche T'Nozis nous ordonne de nous rendre dans la jungle et d'essayer de comprendre ce que ces humains foutent-là. On trouve des navettes de débarquement vides... Pas totalement vides, piégées avec des explosifs. Juno nous protège de l'explosion avec une bulle biotique.

On essaye d'appeler à l'aide via nos omni-tool mais impossible de joindre qui que ce soit. C'est seulement sur une fréquence d'urgence que Monoi, la capitale, arrive à nous contacter et nous expliquer ce qui se passe : il s'agit d'une opération d'enlèvement de grande envergure qui n'a cependant rien à voir avec de l'esclavagisme. Le gouvernement de Lusia est fait prisonnier, impossible de communiquer avec qui que ce soit et d'appeler à l'aide. La matriarche T'Nozis improvise une opération de sauvetage : si on parvient  à reprendre la capitale, on pourra appeler à l'aide. Pendant ce temps-là, des dizaines de vaisseaux décollent avec à leur bord de jeunes Asaris, des très très jeunes Asaris... Elles n'avaient pas plus d'une trentaine d'années, ce qui correspond à des enfants en bas âge pour vous.

Vous l'aurez compris, les hommes que nous combattons dans la jungle sont des hommes de Cerberus. Bien moins nombreux que maintenant, mais tout aussi bien entraînés et bien équipés, une véritable petite armée privée. Ils font partie de la première salve d'hommes recrutés par l'Homme Trouble avec son manifeste après Shanxi. Ils étaient en train d'expérimenter les effets de la biotique sur l'humain et cherchait à l'améliorer par tous les moyens. Quoi de mieux que des biotiques naturelles pour cobayes ? Rien que le fait de penser à ces jeunes Asaris torturées et disséquées me met hors de moi... Tout ça pour un “sujet zéro”... Mon commando avance péniblement dans la jungle jusqu'à arriver dans la ville. En chemin, on croise les quelques recrues que nous étions en train de former... Je les plains, elles n'étaient pas prête à se battre. Mais elles ont le coeur gros, elle feraient tout pour sauver leurs soeurs et décident de combattre avec nous, de nous aider à pénétrer dans la ville.

Aucune d'entres elles n'a survécu, mais leur sacrifice n'était pas vain, sans elles, nous n'aurions jamais pu progresser à travers la capitale, puisse la Déesse les accompagner à jamais... Voir toutes ces jeunes filles mourir était insupportable et le cauchemar n'était malheureusement pas terminée. Les premiers prototypes de fantômes, unité d'élite de Cerberus furent déployées sur Lusia à ce moment-là. Ces spécialistes du corps à corps et de l'attaque éclair furent responsables de la mort de la matriarche T'Nozis... Isolée du groupe alors qu'elle tentait d'empêcher une navette de décoller et de sauver de jeunes enfants, un fantôme surgit de nulle part et attaqua Kylia qui fut incapable de l'envoyer valdinguer avec une poussée biotique, celle-ci étant protégée par une barrière biotique.

Surprise par la vitesse de l'attaque, la matriarche succomba d'un coup de lame monomoléculaire en plein coeur. C'est comme si nous venions de perdre notre mère, mon commando et moi-même furent anéantie... Ce n'était cependant pas le moment de faiblir, des enfants comptaient sur nous pour stopper les enlèvements. Pris d'une rage intense, j'effectuais une charge sur le fantôme, la déstabilisant au passage. Nous étions à armes égales pour nous battre et une humaine ne pouvait surpasser plus de 200 ans d'entrainement à l'épée. Elle fut vaincue... J'assouvissais ma vengeance même si je savais pertinemment que cela n'allait pas ramener notre matriarche à la vie.

Je savais également que ce n'était pas ce qui allait terminer la mission... J'ai horreur de ne pas terminer quelque chose que j'ai commencé... Kerina, Juno, Mirana, Zuya, Ashili... Elles m'ont toutes regardés à ce moment-là. Quelqu'un devait reprendre les choses en main... Je n'avais forcément souhaité que ça soit moi, mais mes consoeurs me faisaient confiance. Alors j'ai pris mon courage à deux mains et l'opération a repris. Je donnais les ordres le plus naturellement du monde, en espérant que mes consoeurs ne le prennent pas mal... Il y a quelques secondes, j'étais comme elles. Avec ce qui nous restait de recrues, on a forcés le passage, chacunes des filles ayant leur poste. Zuya en embuscade au sniper, Juno dans la protection...

Dans l'état actuel, nous ne pouvions cependant pas atteindre notre objectif : il restait un croiseur de Cerberus en orbite qui continuait d'envoyer des renforts. Alors, avec l'aide de Mirana et Kerina, j'ai élaboré le plan suivant : en piratant les navettes et en convertissant tout le materiel militaire en bombes à retardements, nous avons tout simplement envoyé s'écraser les appareils de Cerberus sur le croiseur en orbite, le faisant exploser et libérant l'orbite de Lusia de la présence de Cerberus. Par la suite, nous avons pu prendre d'assaut le siège du gouvernement... Les ascenseurs étant neutralisés, il a fallu monter les étages à pieds puisque nous ne pouvions pas tenter une approche via une navette, Zuya avait détecté un lance-missiles posté sur le toit.

Le combat fut long et intense, plusieurs fois nous étions tentées par l'abandon. La prise d'otage ne put se négocier, il fallait agir vite. Juno se dépêcha d'attirer vers elle les membres du gouvernement tandis que mon équipe pulvérisa les ravisseurs... La planète étant enfin libérée, les systèmes de communications furent rétablies. On appela les renforts qui tentèrent de rattraper les vaisseaux de Cerberus, seulement un croiseur fut intercepté... Je n'ai aucune idée du sort des jeunes Asaris qui furent capturées... Immédiatement après, mon peuple demanda des explications aux humains. Ceux-ci nièrent toute responsabilité et affirmèrent qu'ils n'étaient même pas au courant d'une branche indépendante... Je pense qu'ils disaient la vérité... Les humains venaient tout juste de sortir de Shanxi, la paix était encore fragile, personne n'avait envie de recommencer de guerre, si bien que l'affaire fut classée sans suites...

Je fus promu Commando, je n'étais plus en formation. Ils avaient décidé de m'accorder cette promotion suite à mes actions sur Lusia. Il m'aura fallu 256 ans pour atteindre mon but ultime, j'avais enfin l'impression d'être quelqu'un. Je demandais immédiatement à prendre le commandement des "BlueFist" et de conserver l'équipe actuelle... Pour rien au monde je souhaitais me battre avec quelqu'un d'autres que mes soeurs d'armes...  Autant vous dire que la perm' qu'on a eu après ça était la bienvenue... Nous avons également pu faire notre deuil. Par la suite, j'ai continué dans des petites opérations, le plus souvent en partenariat avec les forces de l'ordre ou parfois sous la direction d'un Spectre ; puis j'ai également continué la formation des jeunes recrues...

2186 - 380 ans, la boucle est bouclée...

- Votre carrière semble être bien partie désormais ! C'est sans compter bien sûr sur les évenements récents, l'attaque des Moissoneurs sur la galaxie, où l'on dit déjà que l'infanterie ne peut rien faire contre ces monstres, que seuls des grosses armes pourront les vaincre. Que pensez-vous de  tout cela ?

- Je ne pense pas que qui que ce soit aurait pu prédire ce qui se passe actuellement. Votre spectre  humain avait peut-être raison finalement. Pour la première fois de ma vie, je suis confronté à quelque chose qui me semble réellement insurmontable... Je ne sais pas ce que l'on peut faire... Ou ce que l'on va faire... Tout semble tellement normal ici sur la Citadelle. C'est comme si la menace n'existait pas. Alors que pourtant elle est là, on le voit bien sur Terre ou sur Palaven.

Si le devoir m'appelle sur Thessia, je répondrai présente. Si je dois défendre la Citadelle avec mes propres poings, je le ferai. Le commando BlueFist est toujours en action, il sera là où il aura besoin d'être.

- Merci pour cet entretien Commando Sura S'iegh, il est clair que nous aurons besoin de gens comme vous pour les batailles à venir, que l'on soit humain, asari ou turien, nous sommes tous dans le même bateau... C'était Maria McKinney pour Citadel News Network, à vous les studios.

Complément de dossier : rapport de la matriarche N'jianga concernant les événements de la guerre contres les moissonneurs

- La guerre contre les moissonneurs a permis à l'escouade BlueFist de s'illustrer sur de nombreux champs de batailles. D'abord envoyé en mission pour défendre des colonies Asari, l'escouade a finalement été rappelé sur Thessia lorsque les moissonneurs ont posés les pieds sur la capitale. Trois membres de l'escouade BlueFiest (Kerina T'arka, Mirana Atkis et Ashili Daenus) ont perdues la vie sur le champ de bataille. Sura S'iegh a défendu tant bien que mal un hôpital pendant des jours mais c'était peine perdue, il a fini par tomber lui aussi comme le reste sur cette planète lors de l'invasion.

Ce qui restait de l'escouade BlueFiest fut évacué en urgence sur ordre de la conseillère Asari. Le commando Sura S'iegh était folle de rage, elle ne comprenait pas pourquoi on la forçait à quitter sa planète pour aller soutenir l'effort de guerre des Humains (Sura n'aime toujours pas les humains, il suffit de relire l'interview qu'elle a donnée au début de l'invasion) Elle n'est pas capable de désobeir à un ordre cependant et s'est rendue immédiatement sur Terre en compagnie de Juno T'riya et Zuya Zus'rko, les deux autres survivantes de l'escouade BlueFist. Se battre sur Terre ne la rendait pas forcément heureuse, mais elle savait que c'était pour le bien de tous. Déployées sur Londres, elles se sont battues comme des fauves et ont fait leur maximum pour permettre à cet assaut de réussir.

Éventuellement, l'assaut s'est conclue sur une victoire mais également une défaite pour Sura S'iegh : de retour sur Thessia, on lui annonça la dissolution de l'escouade BlueFist. T'riya et Zus'rko sont toujours dans l'armée, elles forment de jeunes recrues désormais, mais S'iegh est partie en claquant la porte. Personne n'eut de ses nouvelles pendant longtemps, jusqu'à ce qu'elle resurgisse de nulle part tout récemment. Sura S'iegh n'est désormais plus titrée commando et ne fait plus partie de l'armée Asari.
Je pense que cette guerre l'a clairement traumatisé : elle aurait aimé mourir avec ses soeurs au combat. Elle préfère vaquer sur des colonies et participer à leur reconstruction, aider du mieux qu'elle peut les gens en difficulté... C'est bien Sura S'iegh. Elle se considère comme une espèce de justicière, une vigilante désormais.

Physique


•PROFIL PHYSIQUE & TEST D'APTITUDE avec la recrue n° 774S-8458-CT “Sura S'iegh” - 1910 CE

- Taille : 1m75
- Poids : 65 kilos
- Couleur des yeux : rose
- Couleur de peau : pourpre

[...] Grande et solide Asari, Sura S'iegh est très carré de visage et même de silhouette. Le manque de pratique physique est déplorable, l'entraînement risque d'être très difficile pour celle là, surtout au vu des résultats des tests primaires.

Le sujet n'a pas de tatouages sur le visage (MISE À JOUR, 2001 CE | Le sujet s'est fait tatoué le symbole de l'escouade BlueFist)

L'examen médical n'a rien relevé de suspect ou de dangereux. Les poumons sont cependant sur une mauvaise voie : le sujet fume le cigare Butarien depuis quelques années maintenant, attention à la consommation de tabac !

Les épreuves de saut et de force ont été réussi avec brio. L'épreuve de natation n'a pas convaincu tandis que l'épreuve d'endurance a été catastrophique. Il y un gros effort à faire, beaucoup de retard à rattraper, je ne suis pas sûr que cela suffira.[...]

Extrait d'un entretien avec le soldat Juno T'Raya, membre de l'escouade BlueFist – 2161 CE

[...] Vous voulez ressortir les dossiers c'est ça ? Oui j'ai eu une liaison avec Sura, c'était rien de sérieux. Enfin pour elle non, moi oui... Je l'ai aimé pour de bon. Mais j'ai compris que ça servait à rien, avec une femme aussi froide que Sura. Vous savez ce qui me plaisait le plus chez elle ? Sa cicatrice sur le visage. Ça la rendait diablement sexy... C'est toujours le cas bien sûr. Cette cicatrice date de l'époque ou elle s'était faite engager à Azure pour la sécurité. En fonçant à travers une vitre, elle avait réussi à neutraliser une menace terroriste... C'est tellement “elle” vous voyez, cette cicatrice a une histoire, ça résume tellement la personnalité de Sura ! De quoi ? Si je l'aime encore ? Et bien je [...]

L'ARMURE DU SUJET “Sura S'iegh” - DATE INCONNUE – PROVENANCE INCONNNUE - ATTENTION, DOSSIER CRYPTÉ

Cette armure... C'est un vieux modèle... Un modèle unique, il s'agissait d'un prototype... Elle est interdite dans plusieurs systèmes, mais je pense que son statut de commando lui permet d'ignorer ces interdits. […] Après quelques recherches, j'ai enfin trouvé son origine... Et je suis assez surpris car je m'attendais à quelque chose en provenance des Asaris, mais cette armure est de conception humaine, c'est une armure Hahne-Kedar même si le logo n’apparaît nulle part. L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais en creusant un peu plus, j'ai découvert des choses intéressantes    : un accord secret à été passé entre la fabriquant est un gang humain nommé [|||||||], tout le gang aurait du être équipé avec cette armure... Bon sang, je n'imagine pas le carnage que ça aurait donné, ils auraient été instoppables.  

Le sort en a décidé autrement, c'est qu’apparemment, Ar [||||] [|||||] k qui s'en est mêlée et a ruiner leur plan. La semaine suivante, c'est Sura S'iegh qui se retrouvait en possession de l'armure, les actions d'Hahne-Kedar qui ont chutés et la disparition du gang en question dans les archives. [|||||] […] Il s'agit d'une armure moyenne, laissant une certaine liberté de mouvement est une protection convenable.

Sa particularité réside dans le fait qu'elle-est équipée de «    techno-lames    », la rencontre entre le techno-blindage des sentinelles Turiennes et les armures anti-lames des gladiateurs Butariens. Contrairement au techno-blindage, elle n'ont aucune propriété défensive et ne protège en aucun son utilisateur. En revanche, elles sont aiguisés et peuvent blesser au corps à corps. Elles peuvent également être programmés pour exploser, comme le techno-blindage cette fois-ci. Cependant, faire exploser les lames enclenchant un processus de rechargement très long des techno-lames, laissant son utilisateur vulnérable à ce moment précis. Cela ne concerne pas Sura qui se protège avec une barrière biotique. [|||||||] [...]

Mentalité


CE DOSSIER MILITAIRE EST CLASSÉ CONFIDENTIEL

Résumé de l'entretien psychologique avec la recrue n° 774S-8458-CT “Sura S'iegh” - 1910 CE

[...] Probablement un des profils psychologiques les plus intéressants de cette année. Le sujet fait dans l'originalité, si bien qu'il a fallut se concerter longtemps avant de prendre la décision fatidique. Jamais nous n'avions croisé une personne aussi têtue. La détermination de Sura nous fait penser qu'il vaut mieux ne pas se mettre en travers de son chemin. C'est une battante, une dure à cuire : la jeune femme se place des objectifs, des défis à réaliser qu'elle considérera comme terminés uniquement quand elle sera arrivée tout au bout de ces  dis-objectifs. Cette motivation cache cependant la peur de décevoir, le sujet cherche donc à éviter à tout prix l'échec en comblant ses défauts par des qualités que nous ne pensions pas pouvoir exploiter au sein de l'armée, mais elle pense nous prouver le contraire. Le sens du devoir est déjà bien présent et la notion de sacrifice ne semble pas lui faire peur, même si évidemment, nous préférions garder nos recrues en vies. [...]

MIS A JOUR DU PROFIL PSYCHOLOGIQUE de la recrue n° 774S-8458-CT “Sura S'iegh” - 2068 CE

[...] Il n'y a pas d'autres mots pour caractériser Sura S'iegh : c'est une véritable tête brulée, une casse-cou. Comme le disait le Major T'onya : “encore une qui réfléchit après une charge biotique” Nous avons du mal encore à déterminer si ce trait de caractère, assez commun chez les Butariens (le sujet a pour père un Butarien), est un danger ou bien une bénédiction pour les situations délicates. Mais, même si le sujet fait très souvent appel à  l'improvisation, elle nous a prouvé qu'elle était capable d'imaginer des plans détaillés (voire dossier SSS-7746-8485 en détails pour les tests) Nous pensons donc qu'elle est capable de s'adapter à n'importe quelle situation [...]

Extrait d'un entretien avec le soldat Juno T'Raya, membre de l'escouade BlueFist – 2161 CE

(ATTENTION : LE DOSSIER A ÉTÉ CENSURÉ)

[...] Sura ? Ouais c'est une chi[||||]e.  Vous lui direz-pas ça hein, elle risque de pas supporter. Vous savez, même si on est une espèce mono-genre, je me demande parfois si Sura n'a pas une grosse paire de [|||||||||] pour sûr elle est courageuse. Elle est pas méchante, elle est juste très à cheval sur les détails, tout doit être en ordre, tout doit toujours bien se passer. Alors que pourtant, elle adores les imprévus.  Elle aime pas les gens arrogants et prétentieux, elle même pourtant des fois on a l'impression qu'elle pas peu fière d'elle. Mais comme elle dit, elle a un passé, elle a accomplie des choses, sa réputation, elle ne l'a pas volée. Mais c'est vrai, quand elle raconte des histoires... Elle le fait avec talent...

Quand Sura parle, quand Sura raconte une histoire, une mission, tout le monde se tait et écoute. La mise en scène est parfaite vous savez et pour avoir fait 90% des missions avec elles, je peux vous assurer que ce qu'elle raconte est authentique, c'est juste la façon de le dire qui rend ces histoires belles, proches du fantastique. Et peut-être les gros mots aussi. Ouais, Sura est peut-être la personne avec le langage le plus cru que je connaissance, elle a réussi a ébahir un Krogan, vous auriez du voir sa tronche, il était choqué ! Vous imaginez ? Un Krogan choqué ! [...]

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keedan Braha'n
Chef de la Modération
Informations
Messages :
119
Date d'inscription :
10/12/2013
Double-comptes :
Aucun
Localisation :
DSS Damoclès
Fichier personnel

Fichier personnel
Faction: Cohésion Drell
Métier: Assassin / Haut Veilleur du Cercle Restreint
Alignement: Neutre strict

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 7:33

Bienvenue parmi nous Sura !!! Ton personnage promet ! Yeah ! Si tu as la moindre question, n'hésites pas à m'envoyer un mp, à moi ou à un autre membre du staff Mr Red ! Bon courage pour la suite de ta fiche (qui est déjà bien remplie  Emu )

PS : Si agir pour la galaxie t'intéresse, je suis à la recherche d'agents  Doc... 


- Toute vie a un début et une fin. Je m'efforce de laisser vivre la plupart, et de mettre un terme à certaines -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 8:37

Jolie fiche et personnage intéressant!

Bienvenue parmi nous! cheers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vassily Varto
Admin
Informations
Messages :
292
Date d'inscription :
06/12/2013
Double-comptes :
Aucun
Fichier personnel

Fichier personnel
Faction: Alliance Interstellaire
Métier: Amiral en Chef
Alignement: Loyal Neutre

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 10:29

Un grand bienvenue à toi ! Le suspense est à son comble. Tu seras peut-être la première asari du forum Pervers Tes impressions ? Pervers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 11:06

Et bien ma foi, avant de rendre le verdict final il ne manque qu'une chose Wink

The Lost Storyteller a écrit:
Tout d'abord, il vous faut savoir que nous ne pourrons valider votre personnage que si vous avez signé le règlement du forum.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 11:33

Merci à tous Smile

Et woops, j 'avais pas vu que ça se faisait dans ce sens, d'abord la signature et ensuite la validation (ce qui est plus logique au final)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 11:36



Fiche (très) complète, ce qui n'est pas plus mal puisque pour une Asari. Quelques touches d'humour sympatoches, le tout est agréable à lire, rien à redire en somme. Te voici donc validée Wink
Bienvenue dans la bande ME:LS Yeah !

Voici une liste de liens qui pourrait t'intéresser pour que tu puisses commencer dans les meilleures conditions, il s'agit d'une liste non exhaustive et plein d'autres sections sont à ta disposition :

- Maintenant que tu y as accès, tu vas pouvoir créer tes propres Fichiers personnels, qui te permettront de laisser ton empreinte sur notre forum.

- La section du Codex se remplit peu à peu, et que ce soit pour les Compétences, les Services ou encore les Vaisseaux, chaque fiche mérite qu'on y porte attention !

- Tu peux également créer ta Boîte de réception et ton adresse de messagerie Extranet, afin de pouvoir communiquer avec les autres joueurs à travers la galaxie.

- Si tu es un peu perdu, que tu cherches l'aide d'un Maître du Jeu ou tout simplement des compagnons de RPs, je t'invite à jeter un coup d’œil à la section d'Entraide IRP.

Bon amusement sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   Ven 7 Fév - 12:17

Super merci, je me mets au boulot ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations
Fichier personnel

MessageSujet: Re: Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sura S'iegh, ex Commando Asari à la recherche d'une raison de vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Zorcha T'Salik, commando asari.
» Liste pour mission Commando
» Event (Commando) : Dans la Gueule de la Guerre
» Katarr Commando DPS Artillerie
» Asari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect : Lost Stories RPG :: Validés-